jfk john fitzgerald kennedy- astro Transgénérationnelle

John Fitzgerald Kennedy : l’impact de la transmission transgénérationnelle sur la destinée

Si j’ai choisi d’analyser l’impact de l’héritage transgénérationnel sur le destin de John Fitzgerald Kennedy, c’est parce qu’il est particulièrement frappant. L’étude de son thème astrologique et de ceux de ses parents mettent en évidence l’influence des aïeux par la transmission de mémoires familiales et traumatiques, de rêves non accomplis, de projets sens et de loyautés invisibles sur l’existence de cet homme.

Thème Natal de John Fitzgerald Kennedy
Thème Natal de John Fitzgerald Kennedy

L’axe parental Milieu-du-Ciel/Fond-du-Ciel

D’emblée, ce que l’on voit à l’œuvre est la maison 9 en Gémeaux. L’idéal est double : celui des aïeux et celui de John qui se destinait à une carrière de journaliste. Néanmoins, c’est l’idéal familial qui remportera la mise avec la présence du Nœud Sud et de Pluton en Cancer en M9.

D’autre part, Saturne est en Cancer conjoint au Milieu-du-Ciel. Or Saturne est à la fois maître du Milieu-du-Ciel mais aussi de la maison 4 (la famille). La pression de la lignée ancestrale sur la situation sociale est manifestée par la planète qui culmine et est également l’un des maîtres de l’Ascendant par la Balance.

Ainsi, l’astrologie transgénérationnelle met en évidence que le poids de la tradition familiale en politique joue un rôle primordial dans le thème de John Fitzgerald Kennedy. Par ailleurs, les attentes du clan en matière de réussite sociale sont fortes et John Fitzgerald Kennedy ne contrariera pas ces espérances. Effectivement, Saturne est en exil dans le signe du Cancer, suscitant la loyauté totale à la famille. En effet, une planète en exil met ses potentialités au service de l’autre ou d’une communauté et non au profit du natif, contrairement à une position en trône.

Les signes du Cancer et du Capricorne placés sur l’axe Fond-du-Ciel/Milieu-du-Ciel confirment l’influence considérable des pères et des mères sur le destin de cet homme. La maison 4 en Capricorne nous renseigne sur le climat familial et les mémoires résiduelles. Le maître du Fond-du-Ciel, Saturne, est conjoint au Milieu-du-Ciel. La réussite sociale, l’ambition et le sens du devoir sont au cœur du discours. Durant l’enfance de John Fitzgerald Kennedy et dans sa mémoire cellulaire, il est question de rigueur, de travail, de frustration et de discipline. Mars, l’autre maître du Capricorne, est en secteur 8, maison des empreintes énergétiques traumatiques emprisonnées dans l’inconscient, sur laquelle nous reviendrons. Il semble difficile pour le jeune John Fitzgerald Kennedy de pouvoir se libérer de l’emprise ancestrale. Dans ce contexte familial chargé d’attentes et d’injonctions, se rebeller pour faire valoir sa propre voie s’avère complexe.

La lune en maison 11

La Lune gouverne le Milieu-du-Ciel par le Cancer et est en Vierge et en maison 11 (secteur des associations, de l’amitié et des projets, mais également des médias, de la publicité et de notre participation à l’œuvre du monde ou en direction du plus grand nombre). Avec une maison 11 en Lion, le rayonnement de l’influence et du pouvoir dépasse la sphère amicale dans cette maison de l’universalité. Ce secteur est éclairé par l’astre symbolisant l’âme, mais aussi la foule et les électeurs. La position de la Lune en Vierge lui confère le désir de servir et la popularité en maison 11. Par ailleurs, la Lune est l’archétype de la mère. Dans le thème natal de John Fitzgerald Kennedy, Rose représente une mère dévouée dans l’éducation de ses enfants, mais peu démonstrative. Par ailleurs, cette position de la Lune suggère l’histoire d’une femme qui s’est sacrifiée pour sa famille. Mercure, le maître de la Vierge, tout comme le Soleil, le maître du Lion, est en maison 8. Les fantômes rôdent et imposent leur loi aux membres de cette famille.

Les empreintes énergétiques de la Maison 8

T-carré de John Fitzgerald Kennedy

La maison 8 de John Fitzgerald Kennedy est particulièrement occupée avec Mars, Mercure, Jupiter dans le signe du Taureau et le Soleil en Gémeaux. Étant à moins de 5° de la cuspide de la maison 9, Vénus ne sera pas analysée comme une planète en secteur 8. Quatre planètes sont présentes dans cette maison, qui devient la plus chargée du thème. La triple conjonction Mars-Mercure-Jupiter, frappée par une configuration en T-carré avec Uranus opposé à la Lune Noire, figure son assassinat, mais avant, la tragédie vécue par Joseph Patrick surnommé « Joe Jr », son frère aîné (Mars-Mercure). De plus, Jupiter est maître de la maison 3 (le fratrie). En effet, le 12 août 1944, Joe Jr et son co-pilote disparaissent dans l’explosion de leur avion, au-dessus de l’Angleterre, alors qu’ils effectuaient une mission visant à détruire un sous-marin allemand. Son corps ne sera jamais retrouvé. C’est Joe Jr qui devait entreprendre la carrière politique voulue par leur père, Joseph Patrick Kennedy Senior « Joe Sr ».

Sa carrière politique étant bloquée, le patriarche de la famille a décidé que son fils aîné devait s’engager à son tour et gravir les marches du pouvoir. À cause du décès prématuré de Joe Jr, tous les espoirs paternels se reportent sur John Fitzgerald Kennedy, son second fils. Passionné par l’histoire, l’économie et les sciences politiques, John se destinait à une carrière de journaliste (sens de son Nœud Nord en Capricorne et en maison 3). La vocation de John est contrecarrée par les projets de son père : Uranus, maître de la maison 11 (les projets) est en maison 4 (la famille) où il trône dans son signe, le Verseau. Il est opposé à la Lune Noire (l’interdit). De plus, le Soleil, en maison 8, est le maître de la maison 11, en Lion. Les deux seuls aspects qu’il fait sont avec Vénus (conjonction), maître de la maison 8 et Neptune (sextile) le deuxième maître du Lion. La loi des fantômes et du père triomphe.

aspects du Soleil de John Fitzgerald Kennedy

Cette maison 8, positionnée en Taureau, est chargée des résidus énergétiques traumatiques transgénérationnels. Ainsi habitée, elle exhibe une pression émotionnelle particulièrement puissante. Les inscriptions de souffrance liées à la perte de biens, d’enfants et de parents à cause du manque de nourriture se lisent sur cette carte natale. En effet, Patrick Kennedy, l’arrière-grand-père paternel de John Fitzgerald Kennedy, était irlandais et était extrêmement pauvre. Une dramatique famine a sévi en Irlande, de 1846 à 1851. Cette tragédie a causé la mort d’au moins un million de personnes et en a poussé un autre million à l’exil.

En mars 1849, pour échapper à ce terrible destin, il embarque sur un navire à Liverpool, en compagnie de sa cousine, Bridget Murphy, et les parents de celle-ci, à destination de Boston. Bridget Murphy et sa famille ont été expulsés de leur terre. Pour survivre, quitter leur pays natal a été la seule option. Patrick et Bridget se marieront, plus tard aux États-Unis. Par ailleurs, ces mémoires traumatiques deviennent une source de motivation considérable s’érigeant en idéal mentalisé (Vénus en maison 9 et en Gémeaux) pour tout mettre en œuvre afin de ne plus mourir de faim. Le besoin de matérialité se manifeste pleinement, à travers l’énergie du Taureau.

exil Irlandais famille Kennedy

Les schémas résiduels de la maison 12

quartier-pauvre -19èmesiècle

En astrologie transgénérationnelle, la maison 12 nous parle des schémas résiduels. En Vierge, ces conditionnements sont anxiogènes. En effet, le maître de la maison 12 est en maison 8. Les empreintes s’inscrivent au cœur même du projet sens ancestral. Ainsi, il s’agit de tout contrôler, de travailler, de purifier l’arbre de son passé de quasi-esclaves au service des Anglais en premier lieu en Irlande puis à Boston. Lorsque les Irlandais ont émigré en masse, ils furent très mal accueillis par les Américains, en majorité de souche anglaise. Ils étaient relégués au plus bas de l’échelle sociale. Déjà éprouvés par la misère qu’ils avaient fuie, les premiers membres du clan en exil ont probablement ressenti par ce rejet de la honte et de la dévalorisation. Par conséquent, afin de ne pas retomber dans la servitude, il est demandé à John Fitzgerald Kennedy de se sacrifier pour servir les intérêts du clan et accomplir le grand rêve familial. Les maisons 6 et12 sont positionnées sur les signes de la Vierge et des Poissons : les axes sacrificiels du thème sur les signes sacrificiels du zodiaque.

Le père et le fils

thème astral Joseph Patrick Kennedy
Thème Natal de John Fitzgerald Kennedy

La similitude entre les deux thèmes, avec à gauche celui de Joseph Patrick Kennedy (le père) et à droite, celui de John Fitzgerald Kennedy (le fils), est impressionnante. En effet, les deux ascendants sont en Balance et les cuspides des onze autres maisons sont également dans les mêmes signes astrologiques. D’autres correspondances témoignent de la proximité énergétique astrale de ces deux hommes.

La configuration en cerf-volant

Cerf volant Joseph Patrick Kennedy
Cerf volant John Fitzgerald Kennedy

Tous deux possèdent une configuration en cerf-volant pointant en Scorpion et en maison 2 chez Joe Sr et en Cancer et en maison 9/10 chez John. Bien que le cerf-volant de John ne soit pas aussi élaboré que celui de son père (Saturne est en relation avec Jupiter et le Nœud Sud avec la Lune), cette analogie n’en demeure pas moins frappante. Par ailleurs, les deux cerfs-volants se forment dans les trois signes de terre pour aboutir dans un signe d’eau. Le besoin de sécurité et d’enracinement (dans un pays qui est le leur depuis peu) manifesté par les trigones de terre se condense en une énergie au service de l’idéal parental de réussite sociale pour John et du pouvoir matériel pour Joe Sr. Enfin, il est intéressant de constater que les planètes et les points fictifs impliqués dans ces configurations tant pour le fils que pour le père sont : Mercure, Mars, Jupiter et le Nœud-Sud. L’impact des mémoires karmiques est capital dans ces deux thèmes. Les aspects harmoniques en jeu dans la configuration du cerf-volant amènent beaucoup de facilité et de fluidité. De plus, les trois planètes en triple conjonction dans la maison 8 et dans le signe du Taureau chez John sont ancrées avec force dans l’inconscient et le nourrissent. De surcroît, elles sont un apport de qualités évidentes en matière de talent d’orateur, d’ardeur et de conviction qui vont conduire John jusqu’au pouvoir. En outre, Jupiter et Mercure ont échangé de maîtrise. Jupiter gouverne la maison 3 (ordinairement domaine de Mercure) et Mercure la maison 9 (secteur de Jupiter). De la sorte, communication et idéal idéologique agissent de concert.

Le T-Carré et le Trapèze

Configuration astrale en trapèze de Joseph Patrick Kennedy
Configuration en T-carré de John Fitzgerald Kennedy

Les aspects en tension chez Joe Sr :

  • opposition Mars-Jupiter/Lune Noire,
  • demi-carré Lune Noire/Chiron,
  • demi-carré Mars-Jupiter/Uranus,
  • carré Uranus/Chiron.

Les aspects en tension chez John :

  • opposition Uranus/Lune Noire,
  • carré Lune Noire/Mars-Mercure-Jupiter,
  • carré Uranus/Mars-Mercure-Jupiter.

Les quatre points du trapèze sont réunis par deux sesqui-carrés (Mars-Jupiter/Chiron & Neptune/Uranus). Même s’il n’est pas parfait, il n’en reste pas moins vrai que cette configuration est très dissonante. Cela est d’autant plus vrai que les aspects de demi-carrés et de sesqui-carrés ne sont pas conscientisés par le porteur du trapèze.   

Ainsi, quatre astres (Uranus, Mars, Jupiter et la Lune Noire) sur cinq sont enchâssés dans une structure dissonante chez le père et le fils révélant une nouvelle singulière similarité. La Lune Noire agit comme un agent de résurgence et de répétition dans les deux thèmes et le signe du Taureau est agité par le spectre des empreintes traumatiques inconscientes.

Le mythe familial fondateur

synastrie Joseph & John Kennedy

Dans la maison 12 de Joe Sr, quatre planètes sont présentes : le Soleil, la Lune, Mercure et Vénus. Dans la maison 8 de John, se trouvent Mars, Mercure, Jupiter et le Soleil. Le Soleil et Jupiter sont présents chez le père et le fils. D’autre part, ces deux maisons, d’imprégnation transgénérationnelle, sont les plus chargées chez l’un et l’autre. L’influence de leurs aïeux sur ces deux descendants a été prépondérante. La lignée ascendante s’exprime au travers des nouvelles générations pour être réhabilitée. Ainsi le mythe familial fondateur viendrait d’un arbre généalogique qui aurait été en possession du père de Patrick Kennedy, arrière-grand-père paternel de John Fitzgerald Kennedy qui a débarqué à Boston. Cet arbre serait la preuve que les Kennedy auraient une ascendance remontant à Brian Boru, roi irlandais, qui a régné sur l’Irlande au début du 11ème siècle.

Cette légende, qu’elle soit véridique ou fausse, a très certainement eu une incidence dans l’inconscient familial et provoqué le désir de retrouver le pouvoir qui a été perdu. Une autre concordance est la présence des nœuds lunaires dans l’axe des pères et des mères (Cancer/Capricorne). En maisons 4 et 10 chez Joe Sr, il s’inscrit encore davantage dans la résurgence des mémoires familiales que chez John, en maisons 3 et 9. D’ailleurs, c’est bien l’ambition du père qui est à l’œuvre pour que John, après le décès de son frère aîné, regagne le flambeau du pouvoir politique. La disparition de son aîné, sur lequel il avait dans un premier temps misé tous ses espoirs, n’a en rien modéré sa motivation. Elle demeure intacte et inamovible. Du reste, quand John périra à son tour, son troisième fils, Robert, partira en campagne avant d’être assassiné lui aussi.

Pluton et Neptune

Pluton et Neptune sont en conjonction dans le thème de Joe Sr et Neptune est en sesqui-carré à Uranus. Même si des planètes forment peu d’aspects (et donc de relations) avec les autres points du ciel ou sont isolées, elles conservent leur puissance. Pluton est d’ailleurs, la planète la plus élevée dans la carte astrale de Joe Sr. Dans le signe des Gémeaux et en l’absence d’aspects avec le reste du thème, l’association de Neptune et de Pluton, suggère les accointances cachées de Joe Sr avec le crime organisé et ses malversations. Chez John, Pluton encadre conjointement avec Saturne le Milieu-du-Ciel et il est conjoint au Nœud Sud. En outre, il se superpose à 3° près au Milieu-du-Ciel de Joe Sr. La planète est liée à Mars par un demi-carré et à Neptune par un semi-sextile. Là encore, Pluton demeure relativement isolé et en maison 9 comme pour son père. Pour être élu président, il bénéficiera du réseau mafieux de Joe Sr, qui travaillera dans l’ombre à son élection. Enfin, le Soleil de John est sur le Pluton de Joe Sr, renforçant l’expression de la toute-puissance parentale.

La Lune

Dans le signe de la Vierge à 1° près (18° 12 pour Joe Sr et 17° 13 pour John), les deux Lunes du père et du fils se superposent presque exactement, à l’instar d’un contrat d’âme à âme.  

L’influence de Mercure

Vénus est à la fois le maître de l’Ascendant des deux hommes, mais aussi de la maison 8. Cette planète est sous la gouvernance de Mercure dans les deux thèmes astraux. En effet, Mercure est maître des signes des Gémeaux et de la Vierge. Il est surprenant de constater que le Mercure de John est en maison 8 et celui de Joe Sr en maison 12. Ainsi le maître d’Ascendant (de l’être, de la personnalité) est relié dans les deux thèmes à des maisons en lien avec la transmission transgénérationnelle. Par ailleurs, le Soleil est en maison 8 dans le thème de John et en maison 12 dans celui de Joe Sr, sous la maîtrise de Mercure dans les deux cartes natales. L’héritage généalogique s’exprime avec force au sein de la personnalité de ses descendants. Elle laisse remonter des mémoires de frères qui ne sont pas parvenus à l’âge adulte. Ainsi, parmi les cinq enfants des arrière-grands-parents paternels de John, il y avait trois filles et deux garçons. Le fils aîné, John, est emporté par le choléra à un an. À la génération suivante, ses grands-parents auront quatre enfants : deux filles et deux garçons. Leur deuxième fils, Francis Benedict, décède aussi à l’âge d’un an. Puis, Joe Sr perdra successivement trois de quatre fils. Enfin, le deuxième fils de John Fitzgerald Kennedy, Patrick, meurt deux jours après sa naissance moins de trois mois avant l’assassinat de son père, comme s’il ne devait en rester qu’un !

La mère et le fils

Rose Fitzgerald Kennedy

Les maisons 4, 8 et 12, reliées au transgénérationnel, sont en signe de terre chez Rose, tout comme pour son fils et son époux.

Avec le Taureau en maison 4, Rose hérite de la peur du manque et de tout perdre. La maison 12 est liée à l’ascendant. Les cuspides de ces deux maisons sont en Capricorne. Cela indique que les schémas résiduels transgénérationnels affectent la personnalité de Rose jusqu’à l’imprégner totalement. Aussi, avec une maison 12 en Capricorne, l’injonction de fidélité au clan est posée.

Thème astral de Rose Kennedy

Rose se trouve prise au piège du projet sens ancestral, dont les maîtres mots sont l’austérité, la loyauté et la responsabilité. Rose était une élève brillante. Son objectif est de poursuivre des études supérieures dans le prestigieux collège de Wellesley. Malheureusement, son père ne l’entend pas ainsi et elle entre avec sa sœur Agnès au collège du Sacré-Cœur de Blumenthal aux Pays-Bas. L’éducation y est rude, stricte et religieuse. Ses aspirations intellectuelles sont balayées brutalement et la frustration, qu’elle ressentira, mettra un terme à ses rêves de femme libre. Ouvert dans un premier temps par les enseignements d’une structure pédagogique moderne, son esprit se referme. Rose se soumettra aux injonctions de son père dont le souhait est que sa fille respecte les principes d’une religion catholique traditionaliste. Par conséquent, elle n’a pas besoin d’étudier et de travailler, mais de devenir une épouse dévouée au bien-être de son mari et de ses enfants.

La configuration de T-carré

Configuration de T-Carré de Rose Fitzgerald Kennedy

Ainsi, la configuration de T-carré dans son thème natal figure cette tension qui a abouti à un renoncement chez elle. La conjonction Saturne/Vénus est en maison 7 et les deux maîtres du signe de la Balance, en maison 9 (l’idéal, l’enseignement supérieur), sont frappés par un carré avec Mars au Milieu-du-Ciel, maison du père. Par ailleurs, Mars gouverne non seulement le Milieu-du-Ciel par le Scorpion, mais aussi la maison 3 de l’intellect par le Bélier, manifestant l’emprise paternelle sur le mental de Rose. D’autre part, Saturne et Vénus se trouvent heurtées de l’autre côté par un double carré avec la conjonction Neptune et Pluton.

Les deux planètes sont en maison 4 dans le signe des Gémeaux, sous la maîtrise de Mercure qui est lui-même en conjonction exacte au Soleil, en trône dans le signe du Lion. Sous la férule du Soleil, la planète est en trigone à Mars (autorité du père) et en sextile à la Lune en maison 8 et maître de la maison 7. Par conséquent, Rose renoncera à son idéal pour se conformer à la toute-puissance du clan : Saturne et Vénus en Vierge et en maison 7 dont le maître est la Lune puis à son époux (le Soleil). Mercure, le maître de la Vierge est sous la maîtrise de la Lune (maître de la maison 7) et du Soleil (maître du Lion) et il est également maître de la maison 5 (les enfants). Enfin, il est conjonction de la Lune Noire : la résurgence des schémas et de leur répétition lorsqu’ils ne sont pas conscientisés. D’ailleurs, la Lune Noire est elle-même en aspect de sextile à Neptune/Uranus et à la Lune, en maison 8. Tout comme les autres femmes de sa lignée, Rose perpétuera cet engagement dans le rôle d’épouse et de mère, sacrifiant son individualité au profit des convenances et d’une harmonie d’apparence.

synastrie Rose & John Kennedy
synastrie Rose & John Kennedy

La Lune Noire

Tout comme sa mère, John partage une Lune noire en Lion, dans la maison du père chez lui et dans la maison du conjoint chez Rose. Les répétitions de schémas comportementaux puissants sont corrélées aux besoins de reconnaissance, de grandeur et à l’orgueil. La Lune Noire est interceptée dans le thème de Rose alors qu’elle est en maison 11 chez John. Son désir de s’investir au sein d’un collectif est exacerbé même si les motivations sont parfois floues et trompeuses (conjonction à Neptune). Cette Lune Noire sera un formidable atout, conférant à John du magnétisme auprès des foules, d’autant que la Lune (la popularité) est aussi partie prenante dans la maison 11. Néanmoins, la Lune Noire sera également actrice de sa chute par son action dans le T-carré au trio Mars/Mercure/Jupiter en maison 8 et à Uranus (maître de la maison 11).

Les axes des deux thèmes

Je terminerai par le fait que l’axe Ascendant/Descendant de Rose se superpose à l’axe Fond-du-Ciel/Milieu-du-Ciel de John. Ainsi, la personnalité de Rose s’affirme dans la maison 4 (secteur du foyer, de l’enfance et de la mère) de son fils y insufflant les valeurs, les traditions familiales et les programmations qui l’auront auparavant conditionnée. Par conséquent, le poids de la transmission généalogique est clairement établi.

En conclusion

Patrick Kennedy, l’arrière-grand-père de John Fitzgerald Kennedy, a émigré à Boston pour échapper à la grande famine d’Irlande. Il a cherché du travail et s’est marié avec sa cousine. Le couple a eu cinq enfants. Patrick était employé dans une fonderie. Le premier de ses fils meurt avant ses deux ans, en 1855. Patrick décèdera à son tour, à l’automne 1858, des suites d’une complication pulmonaire, quelques mois après la naissance (le 14 janvier 1858) de son deuxième fils et dernier-né qui se prénomme Patrick, comme son père et Joseph. Veuve, Bridget fera tout son possible pour élever au mieux ses trois filles et le petit Patrick Joseph. Malgré le contexte difficile pour les émigrés irlandais peu considérés par une population en majorité anglaise, elle y parviendra en donnant une bonne éducation à ses enfants et en réussissant à acquérir un commerce et un logement. Doté d’un fort caractère et d’une farouche ambition, Patrick Joseph Kennedy se lance dans les affaires et la politique. Puis ce sera au tour de son fils Joseph Patrick, dit Joe, le père de John Fitzgerald Kennedy, de poursuivre l’œuvre de son père avec encore plus d’acharnement et de succès, le menant à la tête d’une véritable fortune et à des postes prestigieux en politique et au sein de la diplomatie américaine. En seulement trois générations, c’est une éblouissante victoire pour le descendant de réfugiés irlandais. Pourtant, ce succès est entaché de zones d’ombre, en lien avec la criminalité et la malversation financière. Bénéficier des moyens matériels nécessaires pour prendre soin de ses proches et leur éviter la malnutrition et la maladie aurait été une motivation respectable. Cependant, la honte et le ressentiment que ses aïeux ont ressentis face aux vexations et à la tyrannie de l’oppresseur anglais en Irlande puis de la communauté anglaise protestante à Boston ont été les vecteurs d’une transmission transgénérationnelle motivée par un appétit incommensurable de revanche. Et alors, au lieu de protéger le clan, cette avidité matérielle a exigé de la part de ses membres de se dévouer avec loyauté à l’idéal de l’arbre généalogique jusqu’au sacrifice. Joe Sr n’a pas hésité à faire lobotomiser l’une de ses filles qui souffrait d’un handicap mental puis il l’a écartée du reste de la famille. S’exiler pour trouver de meilleures chances de conditions de vie était une manière de rompre radicalement avec un environnement hostile. Ce retournement de destinée aurait certainement mis fin à cette programmation de la mort d’un fils à chaque génération. Au contraire, le fait de pervertir cette opportunité, par des escroqueries, des trahisons (amicales et conjugales) et des mensonges, a eu pour conséquence de décupler la force du conditionnement transgénérationnel et de provoquer non pas la mort d’un des fils, mais de trois sur quatre pour Joe Sr. Le quatrième et dernier fils, Ted, alors sénateur, vise un destin présidentiel à la suite de John et de Robert. Suite au scandale de Chappaquiddick pour lequel il fut condamné, il renonça à se présenter aux élections présidentielles des États-Unis, mettant un terme au grand idéal ancestral du clan familial. Souvenons-nous que le mythe fondateur des Kennedy reposait sur une ascendance royale irlandaise au 11ème siècle. Enfin, du côté maternel, les membres du clan Fitzgerald se sont expatriés à Boston, pour des raisons identiques à celles des Kennedy. D’ailleurs, les deux familles étaient rivales en politique. Par le mariage de Joe Sr et de Rose, ils uniront leurs espoirs et leurs forces, mais pas pour le meilleur comme nous l’avons vu.

La vie est promesse de potentialités, encore est-il nécessaire de s’ouvrir à son destin, au-delà des rêves non accomplis, des fidélités et des croyances limitantes de nos aïeux. Comme tout un chacun, John Fitzgerald Kennedy avait la possibilité de se différencier de la voie tracée par son père et par le clan, mais il n’a pas réussi à s’en dégager. Cependant, rien n’est inéluctable. Prendre conscience de nos héritages qui nous contraignent en les identifiant nous permet de nous en affranchir et d’évoluer sur la voie de notre être véritable.

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous recommande l’excellent livre de Elisabeth Horowitz : “Sous l’influence du destin familial – J.F. Kennedy et les programmations secrètes de l’arbre généalogiques : https://www.lalibrairie.com/livres/sous-l-influence-du-destin-familial–john-fitzgerald-kennedy-et-les-programmations-secretes-de-l-arbre-genealogique_0-180288_9782844542618.html

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le PDF :
"Des clés pour vaincre les réticences qui nous empêchent d’aller à la découverte de soi".


1. Découvrir les mécanismes qui nous empêchent d'aller vers la connaissance de soi.
2. Les clés pour ouvrir la porte vers le chemin de libération.
3. Comment donner du sens à notre histoire personnelle et découvrir notre mission de vie...

Vous allez recevoir un email avec votre bonus : regardez dans votre dossier de spams et n'oubliez pas d'ajouter "nathalie@formation-astro.com" à votre carnet d'adresses

Retour en haut